Rapport de l'Organisation Météorologique Mondiale : 2015 a fait grimper le mercure !, Carbone 4, extrait de la newsletter du 31/03/16
 
2015 a fait grimper le mercure !
L’Organisation Météorologique Mondiale vient de publier son dernier rapport sur l’état du climat mondial en 2015. Les résultats sont pour le moins alarmants. En effet, 2015 est l’année la plus chaude jamais observée, avec une hausse de température de 0,76°C au dessus de la moyenne calculée pour la période 1961-1990.
Graphique : Anomalies de la température moyenne annuelle à l’échelle du globe (par rapport à la moyenne de la période 1961–1990) correspondant à la moyenne des trois
 jeux mondiaux de données sur la température. Schéma issu du rapport publié par l’OMM (Source: Centre Hadley du Met Office et Unité de recherche sur le climat de l’Université d’East Anglia, Royaume-Uni)
Les records de températures enregistrés aux quatre coins du monde s’expliquent par un épisode intense El nino couplé à un réchauffement des températures lié aux activités humaines. Ils ont donné lieu à des phénomènes extrêmes aux conséquences parfois dramatiques. En effet, les inondations et les vagues de sécheresse qui ont sévi dans plusieurs points du globe ont engendré décès,  rationnement d’eau, troubles conséquents dans les secteurs de l’agriculture, l’élevage bovin ou la production hydroélectrique, mais aussi incendies et déplacements de population.
Infographie : Extrêmes climatiques qui ont marqué l’année 2015 / Schéma issu du rapport publié par l’OMM 
( Source: Carte et information fournies par le Centre national de données climatologiques, NOAA, États-Unis d’Amérique, http://www.ncdc.noaa.gov/sotc
Les négociations de la COP21 en décembre dernier, ont conduit à  l’adoption d’un accord permettant de réduire les émissions de Gaz à effet de serre en vue de maintenir la hausse des températures nettement en deça de 2°C par rapport aux niveaux pré-industriels avec un effort pour ne pas dépasser les 1,5°C. Malgré cet engagement, l’inertie du climat est telle que les efforts conjoints des 195 pays ayant ratifié l’accord de Paris n’auront pas d’effet avant plusieurs décennies.
Les conséquences du réchauffement climatique sont déjà bien palpables avec leur lot de victimes humaines et de troubles économiques que l’on connaît. Pour les acteurs publics et les entreprises privées,  l’anticipation des risques et la nécessité d’investir dans des stratégies d’adaptation sont donc primordiales pour s’armer face aux évolutions des prochaines années. 
Carbone 4 propose d’accompagner ses clients dans une stratégie de réduction de leurs émissions de carbone afin de contribuer à leur niveau aux engagements pris dans la lutte contre le réchauffement climatique et de jouer pleinement leur rôle d’entreprise citoyenne. 
Nous leur proposons également  un accompagnement dédié pour comprendre et analyser les risques liés au changement climatique, et mettre en place des plans d’actions d’adaptation. Pour ces deux actions, nous avons développé des méthodologies à l’échelle d’entreprises, de projets d’investissement ou de portefeuilles d’actifs, d’ores-et-déjà appliquées pour le compte de grands acteurs des secteurs du transport et du bâtiment, ainsi que des acteurs publics du développement.

<http://www.carbone4.com/>

 

source: la revue de presse de FNH